Journée De La Culture Et Du Livre Juifs

8m ago
40 Views
1 Downloads
9.41 MB
17 Pages
Last View : 1m ago
Last Download : 8m ago
Upload by : Dani Mulvey
Transcription

Journée de laCulture etdu Livre Juifs32èmeéditionDimanche 21 novembre 202130auteurs endédicaceRemisedu PrixJEMConférence&débatKessel,l’amisionisteA partir de 11h pour les enfantsEt 12h pour les adultesJEM-Beaugrenelle11 rue Gaston de Caillavet - 75015 ParisRER C – M6 – M10

EditoEvelyne V itkineResponsable de la Journée du LivreVOUS NOUS AVEZ MANQUÉ !Judaïsme En Mouvementvous invite à sa 32èmeJournée de la Culture etdu Livre JuifsUn auteur, parmi les cinq primo-romancierssélectionnés par notre jury, se verra décerner le Prix JEM 2021 du 1er Roman.Le livre n’est-il pas le meilleur antidoteà l’ignorance, la bêtise, l’ennui, la solitude, le chagrin, une fenêtre par laquellenous nous envolons pour un ailleurs pleind'espoir, d'ouverture, de diversité ? Beaucoup d’entre nous l’ont expérimenté durant la période que nous venons de vivre,isolés, confinés, avec pour étroit horizondes statistiques mortifères et des zooms,certes bienvenus, mais qui nous ont privés de chaudes, amicales et précieusesprésences et rencontres « en vrai ».En fin d’après-midi, une conférence-débatnous éclairera sur les rapports intenses etparticuliers que le grand écrivain et journaliste Joseph KESSEL, fils d’immigrés russesjuifs, a entretenus avec Israël, cette Terred'amour et de feu qu’il célébra avec ferveur.Divers ateliers de lecture seront par ailleursproposés aux élèves du Talmud Torah, notamment une présentation du célébrissime Lion qui raconte l’envoûtante histoired’amour entre une petite fille et le lion King.C’est donc avec une immense joie quel’équipe de la Journée de la Culture et duLivre Juifs renoue avec la tradition en vousconviant à cette 32ème édition de rencontres et dédicaces autour d’une trentained’auteurs qui vous donneront à découvrir,à comprendre, à penser, admirer, vibrer, aimer, sourire, rêver, parfois pleurer Nous vous rappelons qu’en achetant voslivres (au même prix qu’en librairie), vouscontribuez à une mitsva. La librairie Lamartine, notre fidèle partenaire, rétrocèdeà JEM une part de son chiffre d’affaires dela journée. Vous encouragez ainsi le rayonnement et le développement de notreCommunauté.Vous pourrez à cette occasion découvrir des récits, parcours de vie, témoignages, romans, biographies, essais parus en 2021, et rencontrer leurs auteurs: romancier, historien, philosophe, rabbin, biographe, psychologue, psychiatre,cinéaste, avocat, politologue, photographe, témoin, journaliste, médecin,enseignant, Eux aussi sont avides deretrouver physiquement leurs lecteurs.A quelques jours de Hanouka, faisonsensemble de cette Journée de la Cultureet du Livre Juifs un beau et grand moment. Venez nombreux (vaccinés/masqués)honorer les auteurs qui nous feront l’amitié de présenter leurs ouvrages. Amenezvos amis, faites-leur découvrir la vivacité,la bienveillance et l’ouverture d’esprit deJudaïsme En Mouvement.« La lumière est dans le livre. Ouvrez le livre tout grand.Laissez-le rayonner, laissez-le faire »Victor Hugo - Discours d’ouverture du Congrès littéraire international de 18782POUR TOUSPOUR LES ÉLÈVESDU TALMUD TORAHDE JEM-BEAUGRENELLEA partir de 12hOuverture de la « librairieéphémère Lamartine »A partir de 11hAteliers littérature et jeu-concoursautour du roman de Kessel, Le Lionanimé par Nickie Caro (10-12 ans)De 14h à 18h30 auteurs dédicacent leurs ouvrages16hRemise du « Prix JEM 2021 du 1er Roman »11-12hAtelier pâtisserie (8-10 ans)avec Gary Mihaileanuet Mamie LilianeDe 18h à 19hHubert Bouccara et François Heilbronnracontent Joseph Kessel, l’ami sioniste3

Le PrixJEM 2021du 1er RomanA ÉTÉ DÉCERNÉ ÀAbigail AssorPOURAussi riche que le roiPARU AUX ÉDITIONS GALLIMARDEN JANVIER 20215premiersromansen liceAbigail AssorAussi riche que le roiEditions Gallimardjanvier 2021Laurent DutheilJ’ai 7 ansEditions Viviane Hamymars 2021Yoann IaconoLe Stradivarius de GoebbelsEditions Slatkine & Compagniejanvier 2021Michel Rotfus YankelCelui qui parlait peuEditions l'Elan des motsmars 2021Alexis WeinbergLe DétourEditions Gallimardmars 202145

10Ariane BoisDiplômée de Sciences-PoParis et titulaire d’un Master à l’Université de NewYork, heureuse maman decinq enfants qui ont toussuivi les cours du MJLF,Ariane a publié huit romans dont, en 2021L'amour au temps des éléphants. Critiquelittéraire dans la revue Psychologies, elleest aussi membre de plusieurs jurys littéraires et Présidente de la Commission desaffaires culturelles de la Société Des Gensde Lettres.jurésAnne-Christine CaroAncienne élève de khâgneau lycée Louis-le-Grand etdiplômée de l'ESSEC, Anne-Christine se passionnedepuis toujours pour lesmots. Journaliste, elle écrit sur l'actualité culturelle pour « Sortiraparis » et « Toutela Culture ». Elle explore aussi d'autres formats d'écriture : scénario, podcast, chansons, et poèmes qu'elle affiche dans lesrues de Paris. Sous le nom d'Almée, elleprépare son premier album qui sortira auprintemps 2022.Silvio AscoliDiplômé de l’UniversitéParis Dauphine, Silvio apassé toute sa carrièredans le commerce dupapier sous toutes sesformes : à plat, transformé, imprimé.Propriétaire jusqu’en 2017 d’un groupede plusieurs enseignes de papeterie,fournitures pour le dessin et libraire, dontLamartine qui devient en 2012 le partenaire de la Journée du Livre. Le livre atoujours été un de ses loisirs préférés et ilanime régulièrement des rencontres littéraires au profit d’associations caritatives.Nickie CaroNormalienne,agrégéede Lettres, a publié unroman chez Grasset en1980, Dans le jardin demon père, enseignante deFrançais-Latin-Grec dans le secondaire puisen classes préparatoires (HEC, Hypokhâgneet Khâgne). Nickie anime un Club littérairemensuel depuis 2005 (étude en groupe d’untexte classique) et écrit des scénarios de cinéma et de télévision. Modère depuis 5 ansles débats qui clôturent la Journée du Livre.6Annie KonczatyDiplômée d'un Master endroit des affaires, Anniea été responsable juridique pendant de nombreuses années au seind'un établissement financier. Membre du MJLF depuis sa création,elle participe depuis quelques années à laJournée du livre. Passionnée de lecture,éclectique dans ses goûts, aime la découverte d'auteurs qu'elle ne connaît pas.Raphaël MsikaIl s’occupe de la littérature française à la librairieCompagnie où il animedes rencontres avec lesauteurs. Titulaire d’unemaitrise d’histoire, passionné de mots etsciences sociales, Raphaël rédige sur sonsite des notes de lecture et des billets. Sesdeux enfants ont suivi le Talmud Torah duMJLF dont il apprécie l’ouverture d’espritet le souci de la transmission.Laure KonczatyElle travaille depuis quatreans dans un cabinet deconseil au service des politiques publiques et del'aménagement du territoire, après avoir étudié àSciences Po. Passionnée de littérature, lectrice éclectique, Laure est toujours en quêtede nouveaux jeunes auteurs et autrices àdécouvrir. C'est sa deuxième participationà la Journée de la Culture et du Livre Juifs.Catherine SiguretAncienneélèvedekhâgne au Lycée Louisle-Grand et titulaire d’unDEA de philosophie,Catherine est l’auteurd’une cinquantaine d’ouvrages, fictions etessais en noms propres, ou témoignageset essais médicaux co-signés écrits pourle compte d’autrui. Inlassable auditricede la vie des autres, elle reste une inlassable lectrice des livres des autres.Yaël HirschDocteure en sciences politiques, diplômée de l’IEPde Paris où elle a soutenusa thèse sur la question dela conversion religieuse Bruno Kleindes juifs au christianisme,Yaël est aussi journaliste, rédactrice en chefdu magazine de Judaïsme en Mouvement,« Chema » et fondatrice du magazine « TouteLa Culture.com ». Elle est l’auteure deRester Juif ? paru en 2014 chez Perrin.Evelyne V itkineAncienne élève du CELSA, responsable de laJournée du Livre depuis2014, nourrit une passionpour la lecture, dont ellea su transmettre le goût à ses enfants, deuxd’entre eux ayant fait de l’écriture, leur métier.Evelyne a contribué à un ouvrage collectif Quiest-il ton Dieu ? : Des juifs et des chrétiens s'interrogent sur l'Alliance (2003) et assuré pendant quelques années la rédaction en chef deTenou’a.7

More Result...

« On peut toujours plus quece que l'on croit pouvoir »La journée de la Culture etdu Livre Juifs célèbreJoseph Kessel,« l’ami sioniste »QUELQUES REPÈRES SUR LA VIE ET L’ŒUVRE DE JOSEPH KESSEL,TÉMOIN ENGAGÉ DE LA MARCHE DU MONDEattendre 1922 pour obtenir la nationalitéfrançaise).De cette expérience humaine, il tire sonpremier grand succès littéraire, L'Équipage,publié à 25 ans.Les dix premières années de la vie de Kessel,le baroudeur, sont marquées par les grandsespaces lointains et exotiques.Fils d’immigrés juifs ayant fui les pogromsde Russie, « Jeff » voit le jour le 10 février1898 dans les steppes argentines au seinde la « Jewish Colonization Association »(créée par le Baron de Hirsch) dont sonpère devint le premier médecin. Puis lafamille s’installe pour cinq autres annéesdans l'Oural, contrée d’origine de sa mère.1908, retour en France, à Nice puis à Parisoù il poursuit des études de lettres.Le goût de l’aventure et de l’écriture ne lequittera plus. Après la guerre, il se consacreen parallèle au journalisme (cofondateur deGringoire, grand reporter à France-Soir) età l'écriture romanesque avec notammentBelle de jour et Fortune carrée, inspiréd'un périple en Mer Rouge. Son œuvre senourrit de l'aventure humaine dans laquelleil s'immerge, à la recherche d'hommesd’exception ; il couvre inlassablement lesguerres, les conflits et les peuples en quêtede dignité.Engagé volontaire dans l’aviation pendantla Première Guerre mondiale, le jeuneKessel recevra la médaille militaire et lacroix de guerre (il lui faudra néanmoins8Correspondant de guerre pendant la Seconde Guerre Mondiale, il rallie la Résistance et le général de Gaulle à Londres.Capitaine d’aviation, il est de nouveaudécoré de la croix de guerre. Il composeavec son neveu Maurice Druon les parolesdu célèbre « Chant des partisans » et rendun vibrant hommage aux combattants dela Résistance dans L’Armée des ombres.Kessel retourne, après guerre, aux voyages(Afrique, Birmanie, Afghanistan, ) dont iltire de grands reportages et la matière deromans. Parmi les 80 livres qu’il publie entre1922 et 1975, citons Les Cavaliers, considéré comme son chef d'œuvre ou encore LeLion qui rencontre un immense succès.Joseph Kessel, victime d’une rupture d’anévrisme, s’éteint à Paris le 23 juillet 1979 àquatre-vingt-un ans.Double consécration pour ce fils d’émigrésjuifs : son élection à l’Académie françaiseen 1962, et son entrée dans la prestigieuseBibliothèque de la Pléiade en juin 2020.Joseph Kessel fit graver côte à côte l’étoile de David et la croix de Lorraine sur son épéed’académicien qu’il lèguera, par testament, à l’Université hébraïque de Jérusalem.Dans son discours de réception à l’Académie Française au siège du duc de la Force, il clamehaut et fort sa judéité : « Pour remplacer le compagnon dont le nom magnifique a résonné glorieusement pendant un millénaire dans les annales de la France; dont les ancêtres,grands soldats, grands seigneurs, grands dignitaires, amis des princes et des rois, ont faitpartie de son histoire d’une manière éclatante, pour le remplacer, qui avez-vous désigné ?Un Russe de naissance, et juif de surcroît. Un juif d’Europe orientale. [.] vous avez marqué,par le contraste singulier de cette succession, que les origines d’un être humain n’ont rienà faire avec le jugement que l’on doit porter sur lui. »Témoignage irremplaçable d'un grand reporter doublé d'unpoète, cri du cœur d'un homme que ses origines plongent dansl'aventure israélienne, Terre d’amour et de feu couvre 35 ans del’histoire de la Palestine.L’ouvrage, structuré en trois parties, raconte l’arrivée des premiers juifs en Palestine au début du XXème siècle (Les Pionniers),puis la première guerre israélo-arabe en 1948, au lendemain dela déclaration de l'Etat d’Israël (Les Guerriers) et relate enfin leshuit mois du procès Eichmann (Les Juges).Cette série de récits afait l’objet de plusieurs rééditions depuis sa publication en 1965,la plus récente par les éditions Tallandier, en 2018.9

« Quel que soit le développement de Tel-Aviv, quelque mériteA partir de 11hLe Lionraconté aux enfantsqu'ait eu l'effort spontané des immigrants juifs à tirer d'unsol mort cette ville exubérante, là ne réside point sa signification véritable. Elle est tout entière dans le fait qu'il y aenfin au monde, après deux mille ans, une cité juive.Entièrement, uniquement juive.Non pas un de ces ghettos aux ruelles moyenâgeuses, ni unede ces bourgades comme il s'en trouve en Europe orientaleoù, murées dans leurs communautés religieuses, avec leyiddish pour langue, les minorités israélites se sentent dansun exil peu sûr. Mais une grande cité juive libre, qui se régitelle-même, avec son hôtel de ville, son opéra, son théâtre,ses agents de police juifs. Aucun peuple opprimé et rendu àlui-même ne peut ressentir ce qu'éprouvent les habitants deTel-Aviv ».Les pionniers, 1924, extrait de Terre d’amour et de feu, 1965Cette année, Nickie transporterales enfants au cœur d’une réservekényane et leur fera découvrir lesliens de complicité et d’amitié quiunissent une petite fille de 10 anset un lion particulièrement imposant Publié en 1958, adapté pour lepetit et le grand écran, sans cesseréédité, Le Lion n’a pas pris uneride !Comme à l’accoutumée, un jeuconcours sera organisé et dotéd’un joli prix.Nickie Caro, normalienne, agrégée de Lettres, entourée ici de quelques élèves du TalmudTora, en 2019 pour évoquer Une bouteille dans la mer de Gaza de Valérie Zenatti.« Ceux qui à travers tous les obstacles, au prix de centépreuves gagnèrent la Palestine, étaient véritablementle sel et la terre. Les mains presque nues, dans la fièvre,la pénurie, et un milieu hostile, ils ont défriché, asséché,planté, fondé villes, villages et ces extraordinaires coloniescollectives : les kibboutz. Ils ont fécondé l'avenir. Ils ontrendu possible ce qui ne l'était pas ».Terre d’amour et de feu, 19651011

A 18hKessel, l’amisionisteLICA, accueille-t-il l’annonce de sa création ? Quels rapports ce fils d’émigrés juifsrusses, laïc convaincu, inlassable témoinde la marche du monde a-t-il entretenuspar la suite avec Israël ? Quelles traces ena-t-il laissées dans son œuvre ? A toutesces questions, et bien d’autres, deux finsconnaisseurs passionnés de Kessel, HubertBouccara et François Heilbronn apporterontleur éclairage au cours d’un dialogue-débatmené par notre amie Nickie Caro.Joseph Kessel a tout juste 50 ans à lanaissance de l’Etat d’Israël, en 1948. Comment ce chantre des peuples opprimés etréprouvés, l’un des pères fondateurs de laLES DEUX INTERVENANTSHubert Bouccara,l’ami de Kessel« Jamais l'âme juive n'a perdule souvenir de la Terre promise.Des ghettos d'Europe orientalejusqu'à l'East Side de New York,en passant par les communautés israélites de l'Afrique duNord et du Yémen, de l'Iran etdes Indes ou de W ithechapel etde la rue des Rosiers à Paris, ona répété sans cesse depuis desannées et des siècles :L'an prochain à Jérusalem. Cen'était pas un simple versetde prières, une tradition quel'on accomplissait du bout deslèvres, machinalement. C'étaitune si tenace espérance, unecertitude si forte qu'elles ont puconserver intact un peuple dispersé pendant deux mille ans ».Il y a 32 ans, Hubert Bouccara ouvre une petitelibrairie au cœur de Paris, rue Campagne Première qui propose des livres rares et notamment l’ensemble de l’œuvre de Kessel, soit 88titres. Il la dédie à son ami Jeff et lui donne lenom de l’un de ses romans La Rose de Java.Hubert, jeune adolescent avait écrit son admiration à Kessel dont il devint un proche. Ilentreprit plusieurs voyages avec lui : « On s’estcôtoyé pendant onze ans. On est devenusamis quand j’avais seize ans. J’étais insouciant,c’est ce qui m’a permis d’être aussi proche delui », confie-t-il. « J’ai nommé ma boutique 'LaRose de Java' parce que le jour de mes 22 ans,il m’a offert le manuscrit de ce livre ».Terre d’amour et de feu, 1965A 11 hLe gâteau deMamie LilianeFrançois Heilbronn,kesselien passionnéAtelier culinaire (pour les 8-10 ans)animé par Gary et sa grand-mère Liliane.Gary garde untel souvenir desbons petits platsconcoctés par samamieLilianequ’il a décidéd’en faire un livrepleins de photoset de bons conseils pour réussir toutessortes de gâteaux et plats savoureuxissus de la tradition tunisienne (voir p.26).Vice-président du mémorial de laShoah et professeur associé à SciencesPo Paris, François Heilbronn est parailleurs fondateur de la société deconseil Friedrich, Heilbronn & Fiszer.Responsable de plusieurs notes de l’éditionde la Pléiade des œuvres de Kessel, paruel’an dernier, il salue ainsi l’entrée de Kessel dans cette prestigieuse collection : « LaPléiade lui ouvre donc enfin ses portes etlui consacre deux volumes et un album avecune très riche iconographie qui retrace savie d’aventures et de combats pour la liberté et la dignité des Hommes [ ] Cetteentrée dans la Pléiade de « Jeff », uneforme de couronnement littéraire, est aussi la revanche de ces écrivains combattantpour la justice et la dignité, dans la lignéedes grands conteurs de notre littérature,de Dumas à Gary en passant par Hugo etStendhal, trop souvent snobée par certainsmilieux littéraires ».Il mettra la main à la pâte en compagnie de sa grand-mère pour initier unpetit groupe de marmitons à la confection d’un merveilleux gâteau au chocolat, le célèbre « gâteau de Mamie ».Chaque enfant pourra repartir avecSON gâteau !« Quand j’ai mis pied à terre, j’ai eu l’impression que je connaissaiscette terre alors que je n’y avais jamais été. »Joseph Kessel, 18 mai 19481213

Judaïsme EnMouvementet la culture« La culture, c’est la mémoire du peuple, la conscience collective de lacontinuité historique, le mode de penser et de vivre »Milan KunderaBeaugrenelle, Copernic et Surmelin, maispropose également des événements « horsles murs ».Cette 32ème édition de la Journée de laCulture et du Livre Juifs s’inscrit dans unvaste programme culturel, ciment d’unjudaïsme ouvert sur le monde, moderne,égalitaire, accueillant et inclusif.JEM souhaite en effet associer la vie communautaire (qui a pour fonction de renforcer et de fidéliser ses membres) à lavie culturelle (qui, elle, a pour fonction derayonner et d’offrir une plus grande visibilité à JEM).L'intérêt que suscitent l’actualité et les nouveaux courants de pensée sont en effet aucoeur des valeurs de JEM qui propose desprogrammes culturels innovants, au carrefour de l'actualité artistique et culturelle.Voici quelques-uns des projets culturelsprévus pour cette année 5782 :Tout au long de l’année, JEM multiplie lesinitiatives et les axes de réflexion pour répondre aux attentes de tous les publics,de toutes les diversités, avec de nombreuxprojets dans les domaines de la musique,des arts plastiques, de la politique, de laphilosophie, de la littérature, La scène artistique : une saison de concertsde haut niveau (musique classique et jazz),orchestre et chorales (2 à JEM-Copernic, 1à JEM-Beaugrenelle), ciné-club (4 séancessur le thème de l’humour juif suivis de débat) et de nombreux rendez-vous d’art.Un florilège d’activités culturelles, occasionde rencontres et d’amitié (théâtre, cinéma,lecture, conférences, photographie, bridge,yoga, Catskills Comedy by JEM ou encorevoyages) sont ainsi proposées chaque moisdans les centres JEM.Les échanges entre disciplines : JEM nouveaux savoirs, dialogues indisciplinés etdialogue interculturel et interreligieux.Et en point d’orgue, la nuit d’études deChavouot, le samedi 4 juin prochain.Cette programmation est axée autourde ses trois centres historiques ARIANE SKY,ARIANEBOIS, IACONO,RACHELRACHELKHAN,RIVONKRYGIER,DANIÈLE LAUFER, RICHARD MALKA,DANIÈLE LAUFER, RICHARD MALKA,GARY MIHAILEANU, DOMINIQUE MISSIKA,GARY MIHAILEANU, DOMINIQUE MISSIKA,DIDIER NEBOT, MICHEL ROTFUS,DIDIER NEBOT, DANIELLA PINKSTEIN,COLOMBE SCHNECK, MOSHÉ SEBBAG,MICHEL ROTFUS, COLOMBE SCHNECK,KARINE SICARD BOUVATIER,MOSHÉ SEBBAG, KARINE SICARD BOUVATIER,ANNE SINCLAIR, ALEXIS WEINBERG,ANNE SINCLAIR, ALEXIS WEINBERG,MARC WELINSKIMARC WELINSKIPOUR EN SAVOIR PLUS 1415

SI MAINTENANTJ’OUBLIE MON ÎLEAUSSI RICHEQUE LE ROIPrix JEM2021 du 1er RomanCe court essai - une lettreimaginaire adressée à MikeBrant - n’est pas tant labiographie du célébrissimechanteur de variétés desannées soixante-dix (pasmoins de 15 millions dedisques vendus en Franceen cinq brèves années decarrière) que l’autopsiede son âme, dont nul n’arien voulu savoir, l’une des premières victimes dustar-système qui dévore ses créatures. Quoi de plusparadoxal que propulser l’enfant du silence, qui neprononça son premier mot qu’à cinq ans et portaitle poids de la Shoah interdite d’évocation dans safamille, sous les sunlights et les décibels ? A traversune courte vie, vingt-huit ans, Serge Airoldi remontele cours de l’Histoire, des parents polonais martyrisés et traumatisés, qui fuient vers la Palestine dansla panique de l’après-guerre et échouent dans uncamp à Chypre, où naît Moshe en 1947, les débutsd’Israël, pays de toutes les promesses, la transformation en France de Moshe Michael Brand, enfantmeurtri et déconstruit, en « Mike » Brant, « chanteurà minettes » prié de chanter des contes de fées sansen comprendre les paroles faute de parler la langue.L’auteur met les faits en perspective avec des références érudites, épousant la mélancolie de l’idole,réduit à être aimé sans être connu, au point de s’ensuicider, un sombre jour d’avril 1975.Sarah a 16 ans et une seuleidée en tête : sortir de la misère grâce à l’unique trésoren sa possession – sa beauté. Mais elle vit à Casablanca en 1994 au sein d’unesociété sclérosée, patriarcale, sexiste, violente, régiepar l'argent, étouffante etétouffée par ses traditions religieuses et ses codesfamiliaux immuables, où il fait encore moins bonvivre quand on est pauvre et femme. L’adolescentedoit à sa nationalité de fréquenter (gratuitement) lelycée français de Casa où elle côtoie la jeunesse marocaine dorée. La belle Sarah intrigue auprès de garçons qui lui offrent l’illusion d’une vie un peu moinsminable. Jusqu’au jour où elle jette son dévolu surDriss, celui que l’on dit aussi riche que le roi, issud’une grande famille fassie, asocial et plutôt laid, àl’exception de ses « yeux de thym et de laurier ».Une étrange et belle histoire va naître entre sesdeux êtres si différents, mais unis dans leur fragilitéet leur solitude. Abigail Assor nous plonge dans unecité grouillante de vie, dont nous parviennent lesclameurs, les odeurs, les saveurs, la brûlure du soleilet les effluves marines. Elle dépeint avec brio unejeunesse désabusée et impuissante face au poidsdes conventions et nous émeut par l'humanité deses personnages. Un magnifique roman, poignantet profond.L’Antilope, 160 pages (Août 2021)Gallimard, 208 pages (Janvier 2021)Serge Airoldi vit et travailleà Dax. Après des étudesde lettres, de sciences politiques, d’histoire, de droit etde journalisme, il participe etcollabore à divers journauxet revues, comme auteur ouchroniqueur littéraire. Membre du comité de rédaction de la revue Fario depuis 2013, Serge Airoldia publié plusieurs ouvrages, dont Rose Hanoï, en2017, qui a reçu le Prix Henri de Régnier décernépar l’Académie Française.Abigail Assor est née à Casablanca en 1990. Après desétudes de sociologie et dephilosophie à Londres, elle travaille dans la communicationculturelle et l’art contemporain,avant de se consacrer à l’écriture. Aussi riche que le roi a reçu le prix Bookstagramdu premier roman francophone en juin 2021, a faitpartie des quatre finalistes du Goncourt du premierroman et est sélectionné pour le Prix Littéraire 2021de la Fondation Prince Pierre de Monaco.Crédit photo : Cedric PasquaniPUISQUE LE SOLEIL BRILLE ENCOREPORT FRANCComment se construirequand des pans entiers devotre propre histoire familiale vous sont dissimulés ?Une question au cœur duroman de Sarah Barukh quiinterroge ici les enjeux de lafiliation, de la transmissionet de l’identité. Son héroïne,Sophie, 40 ans, psychologiquement fragile, entretientdes relations difficiles avecsa mère, mais voue un amour inconditionnel à sonpère, brillant magistrat, qu’un drame personnel apoussé à quitter l’Espagne pour la France dans sajeunesse, en compagnie de sa future mère. Sophies’efforce d’égaler son père et mène une belle carrière d’avocate, y sacrifiant sa vie privée. Ses certitudes s’effondrent quand elle découvre, à la mortde son père, des passeports argentins au nom deses deux parents. Qui est-elle vraiment ? D’où vientelle ? Passant par de douloureuses phases de déni,refoulement, ébranlement, somatisation, Sophietrouve la force de partir en quête de ses vraies racines dans une Argentine encore blessée à vif par lesravages de la dictature militaire de 1976 à 1983. Estelle enfant de victime ? Enfant de bourreau ? Ceroman fort et émouvant est fondé sur des faits historiques bien documentés et porté par une intriguehabilement maîtrisée, riche en rebondissements,et des personnages attachants dans leurs failles etleurs blessures.Pour son quatrième roman,Manuel Benguigui choisit laforme du polar. Gordji, unmarchand d’art véreux etcocaïné, mystérieux et antipathique, charge Seymour,le héros de cette histoire,d’acquérir pour son comptetrente-trois peintures d’artmoderne de la collectionWittgenstein, lors d’unevente aux enchères à Genève. Aucune limite de prixn’est fixée. Seymour parvient à rafler toutes les toiles,et les entrepose dans les salles fortes du port francde Genève d’où elles seront acheminées, en principe vers New York. En principe. Commence, enun combat douteux, l’affrontement entre Gordji etSeymour. Ce dernier va jouer cavalier seul au granddam de son commanditaire. La machine infernale semet en route et le polar se teinte, au fur et à mesurede l’écriture, des couleurs sombres et funestes dela chasse à l’homme. Le drame se joue en épisodesfinement imbriqués les uns aux autres, sur un rythmecrescendo qui agace les nerfs du lecteur toujours surle qui-vive. L’originalité du thème et d’un milieu peudécrit, celui de l’art et de son commerce, le mystèrede ces personnages qui s’épaissit tout au long duroman, l’écriture dépouillée et acérée, tout s’unitpour aiguiser le désir du lecteur. Un petit bijou de lalittérature policière, chic et snob, attachant dans sonimmoralité même.Mercure de France, 168 pages (Février 2021)Calmann-Levy, 336 pages (Mai 2021)Né à Paris en 1976, ManuelBenguigui traduit depuis l’anglais des essais sur l’art primitifet l’anthropologie. Il travaillepar ailleurs dans une galeried’art tribal. Après Un collectionneur allemand (2016), ilpublie Un tableau nuageux en 2018 et Un bonrabbin en 2019.Sarah Barukh est née en1983. Elle a travaillé dans lacommunication, la productionaudiovisuelle, écrit pour latélévision et la radio. Elle estl’auteur de Elle voulait justemarcher tout droit (prix MJLF2017 et Lions Club), Le Cas zéro (prix du Romand’Entreprise et du travail 2019) et Envole-moi, touspubliés chez Albin Michel. Puisque le soleil brille encore est son 4e roman.Crédit photo : F. Mantovani1617

LA CARTE POSTALEUn jour d’hiver 2003, lamère de la narratrice reçoit une carte postale anonyme sur laquelle figureles prénoms de ses aïeuxassassinés à Auschwitz en1942. Bouleversée et pétrifiée, la famille « oublie »l’énigmatique carte pendant des années. Et puis,Anne Berest met un enfantau monde et le besoin decomprendre, de retisser les liens, de retrouver sesorigines se fait plus pressant, l'antisémitisme ambiant achevant de la convaincre de la nécessitéd’élucider le mystère de la carte. Au côté de samère, réticente à rouvrir les plaies d’un insupportable passé, l’auteure mène une enquête méthodique qui va la ramener cent ans en arrière. Et luirévéler la vie de ces arrière-grands-parents et deleurs deux enfants, trop longtemps tue. De la Russie tsariste à la Lettonie, puis la France des années30, de la Palestine à la Pologne sous les nazis,Anne Berest – qui porte en second prénom celui de sa grand-mère Myriam, seule survivante dudésastre, magnifique de courage – scrute les mystères, les secrets, et ce faisant se découvre juiveelle aussi, par la parenté mais aussi par la grâced’un nouvel amour. Un récit à plusieurs voix tour àtour tendre et bouleversant, au style vif, sans complaisance, mais sans pathos, où l’on croise aussile destin de résistants, connus et moins connus.Grasset, 512 pages (Août 2021)Née en 1979, Anne Berest estl’auteure de plusieurs romans,notamment La Fille de sonpère (2010), Les Patriarches(2012), Sagan 1954 (2014),Recherchefemmeparfaite (2016), Gabriële, coécritavec sa sœur Claire (2017) et de pièces de théâtre :La Visite, Les filles de nos filles (2020). Elle a aussiécrit la série Mytho pour Arte, qui a reçu de nombreux prix, en France et à l’étranger. La Carte postale figure parmi les finalistes des prix Goncourt etRenaudot 2021.Crédit photo : JF PagaL'AMOUR AU TEMPSDES ÉLÉPHANTSL’ÂME SŒUR, NATALIE BAUERLECHNER ET GUSTAV MAHLERHEUREUX COMME UN JUIF ENFRANCE ?Erwin, Tennessee, 13 septembre 1916, une fouleimmense se presse autourd’une grue transforméeen gibet. C’est là que doitêtre pendue Mary, unepauvre éléphante accusée d’avoir accidentellement écrasé un homme.C’est là que s’agglutineune partie de la population ivre de sang. C’est là aussi que se trouventArabella Cox et Jeremy Parker, journaliste auBoston Herald. Ces deux-là ont fait tout leurpossible pour sauver l’animal, horrifiés par cettebarbare coutume d’un autre âge. C’est là enfinque le jeun

est-il ton Dieu ? : Des juifs et des chrétiens s'in-terrogent sur l'Alliance (2003) et assuré pen-dant quelques années la rédaction en chef de Tenou’a. Annie Konczaty Diplômée d'un Master en droit des affaires, Annie a été responsable juri-dique pendant de